vendredi, 11 janvier 2019 17:26

Réunion à Rochefort sur les personnes déboutées du droit d'asile

J’ai participé aujourd’hui à une table ronde concernant les personnes déboutées du droit d’asile en présence d’Isabelle Gireaud, adjointe au maire de Rochefort et des associations concernées. Ce temps d’échanges constructifs nous a permis de faire le point sur les dossiers concernant notre territoire et d’ouvrir plusieurs pistes de réflexion.

jeudi, 17 janvier 2019 20:17

Cérémonie des voeux à Saint Médard d'Aunis

Aujourd'hui j'ai assisté à la cérémonie des vœux de Roger Gervais, maire de Saint Médard d'Aunis. Rencontre avec les habitants de la commune et les enfants du Conseil municipal des jeunes : une nouvelle génération d’élus !

lundi, 14 janvier 2019 10:33

Article Sud Ouest du 14 janvier 2019

Une étude importante, car les marais recouvrent 38 % de la surface du Pays rochefortais. Des espèces végétales et animales d’une biodiversité exceptionnelle y jouent un rôle dans la régulation de la ressource en eau, l’épuration et la prévention des crues. Des données à prendre en compte dans le cadre du Schéma de cohérence territoriale (Scot), notamment pour la protection des populations.

La prospection ne portait pas sur les surfaces couvertes par l’Unima, qui par définition sont déjà répertoriées, mais sur des espaces moins évidents. Il ressort des 768 sondages et de l’observation de la végétation que, sur les 2 177 hectares de la commune, 93,49 ha sont classés en zone humide, soit 4,29 % de la surface totale. Si l’on rajoute les 1 389,52 ha du syndicat des marais, cela porte à 63,83 % la superficie de Breuil-Magné sur laquelle il faut se promener avec des bottes ! Il est aussi à noter que les terrains sont délimités par 104 kilomètres de haies. Les élus ont approuvé cet inventaire.

Ce fut ensuite au tour de Michel Perrinaud, adjoint chargé de l’urbanisme, de présenter le projet d’aménagement et de développement durable (PADD) qui servira de base pour définir les critères de la révision du Plan local d’urbanisme (PLU). L’étude faite par le cabinet Urban Hymns, de Saint-Sauvant, vise à conserver le caractère agréable de la commune et la qualité du bien vivre, en préservant les ressources environnementales et l’aspect agricole.

Pour cela, il faut envisager un développement cohérent du bourg en assurant une croissance démographique mesurée, en limitant les constructions à 14 maisons par hectare, soit une moyenne de 500 mètres carrés par parcelle, au rythme de huit logements par an, sur dix ans.

Lors de l’examen des questions diverses, il fut confirmé que l’inondation régulière de la route des Ouillières est due à la résurgence d’une source. Les services du Département procéderont à des travaux.

lundi, 07 janvier 2019 12:25

Interview Demoiselle FM du 7 janvier 2019

Ecouter l'échange avec Arnaud Develde dans le Midi 6 de Demoiselle FM

La commission du développement durable a organisé une table ronde sur l'accès aux services publics dans les territoires avec la participation de :
. Yannick Imbert, directeur des affaires territoriales et publiques de La Poste,
. Firmine Duro, directrice des partenariats et de la territorialisation à Pôle Emploi,
. Renaud Villard, directeur de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV),
. Cécile Chaudier, directrice du département d’appui à la relation de service et aux métiers de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF),
. Sandrine Lorne, directrice de la relation clients et du marketing de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés,
. Bruno Parent, directeur général des finances publiques du ministère de l’action et des comptes publics.
. François-Emmanuel Blanc, directeur général de la Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole.

>>> voir la vidéo

Transformer les colères en solutions. Le Président de la République, dans sa lettre adressée aux Français ce dimanche 13 janvier, a posé avec force les bases du débat national qui s’ouvre. Il se déroulera jusqu’au 15 mars prochain et doit aboutir sur des mesures concrètes en avril.

Ce débat est pionnier par sa forme, sa dimension, et va permettre la participation de tous les Français en s’invitant dans tous les territoires de notre pays. Ce caractère inédit revêt un objectif clairement affiché : nous devons retrouver cet esprit de dialogue qui fonde notre République et qui est la clé pour bâtir un nouveau contrat pour la Nation.

Si ce débat ne doit pas être une remise en cause du projet sur lequel le Président de la République et sa majorité ont été élus voilà 18 mois, il doit permettre de répondre aux préoccupations qui ont émergé ces dernières semaines. Le Gouvernement a retenu quatre thèmes qui font écho à ces préoccupations : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté.

Je souhaite à titre personnel que le débat soit le plus ouvert possible et offre à toutes et tous une tribune sans tabou ni censure. Dans ce cadre, j’ai proposé sur mon site internet et dans ma permanence parlementaire des cahiers de doléances destinés à recueillir toutes les revendications des habitants.

Je vois aussi en ce grand débat national l’opportunité de valoriser la voix de nos territoires qui souffrent depuis des décennies d’un sentiment d’abandon et du renoncement des politiques face à la difficulté. Je me réjouis que ce constat soit partagé par le Président de la République, qui a souhaité placer nos Maires au cœur de cet exercice démocratique. Ils sont au quotidien les interlocuteurs privilégiés de l’expression des citoyens et le retour de la confiance en l’action publique ne pourra se faire sans leurs concours. 

Ce débat, ces débats, sont une chance pour notre démocratie qui est constamment attaquée et dénigrée, mais qui tient toujours debout ! Je le mesure déjà dans les doléances déposées – tout n’est pas convergent, mais tout est constructif.

En Charente-maritime, nous devons tous nous saisir de cette concertation et porter ensemble notre volonté d’exister et de peser dans les décisions publiques. Nous devons faire comprendre, notamment à certaines administrations centrales un peu éloignées, que ces territoires qui sont les nôtres méritent encore des gens qui puissent y vivre, s’épanouir, se soigner et y travailler dignement.

Le succès de ce débat dépend de notre capacité collective à nous réunir au-delà des grands discours, au-delà des appartenances politiques, au-delà de ce que nous représentons.

samedi, 12 janvier 2019 12:17

Cérémonie des voeux de la ville de Chatelaillon-Plage

J'assistais ce matin aux voeux du maire de Châtelaillon-Plage.

Lors de ce moment convivial et devant une assistance nombreuse, j'ai rappelé toute mon admiration pour le travail des maires, véritables relais au plus près des français. En ce moment de division que traverse notre pays, c'est ensemble que nous devons apporter les réponses aux attentes et aux inquiétudes de nos concitoyens.

Merci à Jean-Louis Léonard pour son invitation.

Plusieurs mairies de Charente-Maritime ont mis à disposition des cahiers de doléances qui ont permis de recueillir des témoignages et revendications des habitants. Ces cahiers de doléances posent les bases de la grande concertation nationale annoncée par le Président de la République dans sa lettre du 13 janvier, qui a également présenté 4 mesures concrètes d’urgence économiques et sociales. Dans le prolongement de cet esprit de dialogue apaisé, j’ai souhaité recueillir vos doléances. Plusieurs façons de participer :


 
Sur la plateforme Le Grand Débat National
Consultations en ligne permettant à tous de débattre de questions essentielles
www.granddebat.fr



Par voie postale
Frédérique Tuffnell, députée de Charente-Maritime
Permanence parlementaire
11 rue Edouard Grimaux
17300 ROCHEFORT



Par courriel
Accéder au formulaire de contact en ligne



Lors de réunions publiques
Des mairies organiseront des débats,
où vous pourrez vous exprimer.


 
Vos données personnelles (nom, prénom, adresse mail, code postal, ville) sont requises uniquement dans le but de faciliter une éventuelle prise de contact. En aucun cas vos doléances ne seront explicitement publiées avec vos coordonnées personnelles.
 
GRANDE
CONCERTATION NATIONALE :
COMMENT ÇA MARCHE ?
 
 
La grande concertation a pour objectif de redonner la parole aux Français sur l’élaboration des politiques publiques qui les concernent. Elle va permettre à chaque Français, partout sur le territoire, de témoigner de ses attentes et de ses propositions. Ce débat national débute le 15 janvier 2019. Une lettre du Président de la République va fixer dans les prochains jours le cadre de ce débat, qui va donner la parole aux Français notamment sur quatre questions majeures :

La fiscalité
Comment rendre notre fiscalité plus juste, plus efficace, plus compétitive et plus lisible ?
 
La démocratie et la citoyenneté
Comment faire évoluer la pratique de la démocratie et de la citoyenneté ?
 
L’organisation de l’État et des services publics
Comment faire évoluer l’organisation de l’État et des services publiques pour les rendre plus proches des Français et plus efficaces ?
 
La transition écologique
Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se loger, se déplacer, se chauffer ?
 
Pour réussir, ce grand débat va prendre des formes très diverses : débats publics locaux, rencontres avec les Français sur le terrain, groupes de réflexion, lancement de plates-formes numériques participatives, débats sur les réseaux sociaux..Des conférences réunissant des citoyens tirés au sort seront mises en place dans chaque région, pour échanger sur les résultats des différents débats. Chaque département devra ensuite regrouper les conclusions de ces débats et conférences, avant qu’une synthèse nationale ne soit établie. Cette synthèse sera ensuite remise au gouvernement et aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat. La grande concertation nationale doit aboutir sur des mesures concrètes seront annoncées en avril.
Pour coordonner cette grande concertation, la Commission nationale du débat public est mandatée par le Gouvernement. Cette autorité administrative indépendante a pour mission d’informer les citoyens et de faire en sorte que leur point de vue soit pris en compte dans le processus de décision.
Je souhaite que ce débat soit le plus ouvert possible, à l’expression sans tabou ni censure.Aussi, je me félicite de la volonté du Président de la République de rencontrer les maires de France pour bâtir avec eux le socle de ce nouveau contrat pour la nation. Les maires sont les piliers de la République et portent au quotidien la voix de nos territoires. Certains territoires ont, depuis quelques années, le sentiment d’être oubliés par les pouvoirs publics. Il fallait une réponse forte pour recentrer le débat au cœur d’une France depuis trop longtemps abandonnée : c’est tout l’objet de l’élargissement du grand débat national lancé par le Gouvernement et auquel chacun pourra participer.

Audition de Mme Isabelle Harel-Dutirou, présidente de la commission particulière du débat public sur le Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR).

Page 6 sur 27