mardi, 16 novembre 2021 17:54

L’Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de loi de finances 2022

Les députés ont adopté aujourd'hui en première lecture le projet de loi de finances 2022, le dernier PLF du quinquennat. Il met en oeuvre, notamment, plusieurs annonces du Président de la République :

  • le financement du plan pour Marseille ;
  • le droit à la réparation aux Harkis ;
  • le contrat d’engagement jeunes ;
  • les dispositions du plan France 2030 ;
  • les missions régaliennes.

Le Financement du Plan Marseille :

Pour rénover Marseille, la 2ème métropole de France, le plan "Marseille en Grand" sera doté d'un budget d' 1,5 milliard d'euros, concentré principalement sur l'éducation et la mobilité.

Le droit à la réparation aux Harkis :

Ce dispositif prévoit une première tranche de 50 millions d’euros dès 2022 dédiés aux mesures pour les harkis, pour concrétiser le projet de loi de « réparation » promis à ces Algériens ayant combattu aux côtés de l’armée française durant la guerre d’Algérie.

Le Contrat d'Engagement Jeunes (CEJ) :

Ce projet de loi officialise la création du CEJ avec l'ouverture de 550 millions d'euros pour accompagner un demi-million de jeunes qui souhaitent s'engager dans un parcours vers l'emploi. Ce dispositif s’adresse aux jeunes les plus éloignés de l’emploi et propose jusqu’à 500 € par mois. Le CEJ se déploiera complètement à partir de mars 2022 afin d’accompagner au moins 400 000 jeunes vers l’emploi en 2022.

Les dispositions du Plan France 2030 :

Ce plan est doté de 34 milliards d'euros sur cinq dont 3,5 milliards dès 2022 pour faire émerger les secteurs pour notre indépendance, tout en sécurisant les secteurs existants.

Les moyens dédiés aux missions régaliennes :

 L'état sera réarmé en mettant pleinement en oeuvre la loi de programmation militaire grâce à une augmentation de 1,7 milliard d'euros de crédits du Ministère des Armées. Pour tenir les engagements pris dans le cadre du Beauvau de la Sécurité, les moyens du Ministère de l'Intérieur seront également augmentés à hauteur de 1,5 milliard d'euros. Enfin, pour la seconde année consécutive, le budget du Ministère de la justice connaitra une hausse exceptionnelle de 700 millions d'euros afin de rendre la justice plus rapide et plus proche des français.