mercredi, 13 janvier 2021 12:54

Commission DDAT : Audition de Pascal Canfin, Président de commission au Parlement européen

Ce matin, la Commission Développement Durable et Aménagement du Territoire a auditionné M. Pascal Canfin, Président de la commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement européen.

Je l’ai interrogé sur le Green-Deal et les dispositions sur la future Politique agricole Commune (PAC) :

" La Commission avait défini certaines grandes orientations stratégiques à l'horizon 2030 au titre desquelles la stratégie De la Ferme à la Fourchette (ou Farm to fork), qui avait été remarquée et saluée. Parmi ce qui augurait d'avancées, notons par exemple tout ce qui relève du bien-être animal qui est désormais assimilé à un service rendu à l'environnement et qui intègre les éco-régimes rémunérant les services rendus à l'environnement par les agriculteurs.

Ce sont 20% du budget du premier pilier de la PAC qui seront mobilisés pour financer les éco-régimes, ces initiatives ciblées pour la protection de l'environnement qui vont au-delà des standards réglementaires.

Peu d'eurodéputés, dont vous faites partie, ont souhaité défendre une exigence plus affirmée en s'opposant au défaut d'ambition de ces textes. Mais nous notons des dispositions contradictoires dans la position du Parlement sur la future PAC.

- Adopter le respect du droit de l'alimentation et du droit au développement tout en rejetant la référence aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations-Unies.

- Adopter de consacrer 30% du budget du premier piliertout en rejetant l'obligation d'affecter ces fonds au financement de l'agriculture biologique.

- Adopter le principe de la conformité de la PAC avec l'Accord de Paris tout en rejetant l'obligation de baisser de 30% les émissions de gaz à effets de serre d'origine agricole.

Pensez-vous que nous pouvons espérer une PAC qui considère positivement et non négativement les services rendus à la nature ?

Par ailleurs, l'Europe décide-t-elle d'une solidarité européenne face au choc économique que nous allons subir dans les mois à venir ?

D''autre part, la crise sanitaire de la Covid-19 nous a fait regretter l'absence de compétences santé à l'échelle de l'Union européenne, mais la commande et la distribution collective des vaccins nous démontre que cela est possible et souhaitable.

Pourrons-nous à l'avenir avoir une approche européenne de la santé humaine, santé animale, santé environnementale ?

Enfin, en amont de la COP15, la France a pris l'initiative du One Planet Summit qui s'est tenu avant-hier avec pour fil conducteur l'objectif de financer et de valoriser la protection de la nature. L'Europe de demain a-t-elle les moyens de s'inscrire dans cette direction ? "

>>> revoir la vidéo de l'audition sur le site de l''Assemblée nationale