lundi, 03 décembre 2018 08:34

Edito #9 : Communiqué aux Gilets jaunes

Communiqué lundi 3 décembre 2018


Aux Gilets Jaunes de Charente-Maritime,

Après avoir reçu une délégation de gilets jaunes de Charente-Maritime le vendredi 23 novembre 2018, j’ai relayé vos revendications auprès du Président de la République. Vous trouverez ci-dessous une copie de ce courrier.

Les revendications sur la baisse des taxes sur les carburants, les réductions de la TVA sur les aliments de première nécessité, un smic revalorisé : les manifestants appellent le Gouvernement à donner la priorité au pouvoir d’achat.

Mais derrière ces revendications, je détecte que c’est la question fondamentale et déterminante du travail qui est posée. Avec un taux de chômage de 9,1 % de la population active à la fin du troisième trimestre 2018, et un taux de chômage de plus de 12 % dans l’agglomération de Rochefort, nous sommes dans une société qui connaît des dysfonctionnements endémiques sur le marché du travail, dysfonctionnements qui durent depuis plusieurs décennies.

Les personnes au chômage se désespèrent de trouver un emploi et la précarité s’installe. Et pour ceux qui ont un emploi, la réalité n’est pas toujours rose non plus. Si « tout travail mérite salaire », la réalité est que nos concitoyens ont le sentiment qu’ils ne peuvent pas vivre de leur activité. La faiblesse de certains revenus, couplée avec la pénibilité de certains emplois et la chute du pouvoir d’achat mènent nécessairement à un risque de crise qui, n’ayons pas peur de le dire, peut réveiller les instincts les plus inacceptables.

Il nous faut donc accompagner la transition industrielle, économique, énergétique, écologique, et aider les citoyens à obtenir un emploi mieux rémunéré, former et mieux éduquer nos enfants, tout en préservant des services publics de qualité et une fiscalité acceptable.

Pour permettre de réduire les charges des familles et en finir avec la précarité, il faut rapprocher l’entreprise des habitants, repenser l’urbanisation, éviter les déplacements inutiles, revoir nos mobilités, en finir avec le tout voiture, réactiver les commerces des centres-villes, promouvoir des énergies respectueuses de notre environnement, éviter les passoires thermiques…

Pour cela, mon action sur la circonscription est constante, en appui aux politiques locales. A titre d’exemple, la ville de Rochefort a été sélectionnée pour bénéficier de deux dispositifs : Action Coeur de Ville et Territoires d’Industries. Je travaille également pour faire bénéficier notre agglomération d’un Contrat de Transition Écologique sur le traitement des déchets industriels avec un volet d’insertion professionnelle.

Mes deux missions parlementaires, sur la protection de la biodiversité et celle de la préservation des zones humides face au changement climatique, me forgent la conviction que nous devons préserver notre ressource en eau, travailler sur les bienfaits des zones humides, promouvoir l’agroécologie, permettre aux agriculteurs de vivre de leur travail et de protéger notre bien commun : la nature.

Trouver une place qui fait sens dans la société n’est pas une simple utopie. C’est une réalité à l’oeuvre dans les territoires à travers les innovations locales (projets culturels, sportifs, associatifs, sociaux…) où les citoyens réussissent à trouver de nouvelles formes d’expression qui font sens et qui permettent de retrouver une dignité par l’activité et le collectif. Il est urgent d'encourager, de soutenir et de s'engager en faveur de ces initiatives. La grande consultation, qui vous sera proposée d’ici 3 mois, sera donc le moment de vous engager à définir un meilleur avenir et à travailler sur des propositions concrètes. Je forme le voeu que vous acceptiez ce challenge.

Mais ce que je ressens, et ce que souligne à l’évidence le mouvement des gilets jaunes, c’est qu’une partie d’entre vous se décourage face aux transformations à l’oeuvre et l’impatience mène à la colère.

Comme les retraités, dont la pension n’est plus indexée sur l’inflation, ce qui était le cas depuis des années. L’augmentation sera égale à 0,3 %, ce qui équivaut à la moyenne des trois dernières années.

Aujourd’hui, je m’engage sur deux propositions symboliquement fortes :

- Dès mardi 4 décembre prochain, demander au groupe parlementaire de La République en Marche de porter ensemble auprès du Président de la République, un moratoire sur les taxes sur le carburant jusqu’à la fin de la grande consultation qui aura lieu d’ici trois mois. Cette grande consultation devra nous permettre de travailler avec vous l’ambition d’un destin collectif.

Et

- Amender l’an prochain le Projet de Loi de Finances de la Sécurité Sociale de 2020 (celui de 2019 vient d’être voté), afin de proposer l’indexation des pensions des retraites sur l’inflation selon un seuil à définir.

Pour autant, nous devons, nous les députés, mieux expliquer et démontrer notre action politique et se défaire des fausses informations qui polluent le débat. Je publie régulièrement sur ce site des informations pratiques et j’encourage le lecteur à poursuivre sa lecture quotidienne.

Je proposerai une réunion collective avec les gilets jaunes à la condition essentielle que cesse le blocage des accès aux lieux d’alimentation et des commerces des centres-villes et centres commerciaux.

J’ai voté et j’ai suivi le cap d’Emmanuel Macron pour en finir avec les vieilles recettes politiques qui passent sans conviction. Devant le spectacle inédit en termes de violence et de démagogie de quelques-uns que je condamne, mais sensible à la souffrance de nombreux concitoyens, je demande au gouvernement une politique sociale plus juste. En retour, je demande aux manifestants d’accepter le dialogue, indispensable pour une sortie du conflit.

Je vous remercie de votre confiance et je reste à l’écoute de chacun d’entre vous.

Bien cordialement,

Frédérique Tuffnell