mardi, 28 septembre 2021 12:55

Sortie de crise sanitaire et reprise vigoureuse de l’activité économique : le pays retrouve son dynamisme

Madame, Monsieur,
 
Le Conseil de défense sanitaire du 22 septembre a entériné l’amélioration globale de la situation sur le front de l’épidémie. Tous les indicateurs sont au vert.
* L’objectif des 50 millions de personnes primo-vaccinées est dépassé, et 70% de la population française a un schéma vaccinal complet.
* En une semaine le nombre de cas quotidiens a diminué de 30%.

Si la situation continue de s'améliorer, un allègement progressif des restrictions, sera envisagé; là où le virus circule le moins d'abord, puis selon l’évolution, sur tout le territoire. Cet allégement pourrait inclure le passe sanitaire dans certains départements. Où l’on voit clairement que, lorsque tout le monde joue le jeu, chacun en tire bénéfice.

L’objet d’une politique sanitaire est, au-delà des cas particuliers, de protéger des risques connus la population dans son ensemble. C’est une vision de moyen-long terme qui, en imposant des contraintes passagères, vise un bénéfice global pour le territoire, sous ses multiples aspects médicaux, sociaux, économiques; humains en un mot.

Une politique bien menée se déploie sur plusieurs niveaux en même temps, en adaptant les mesures préconisées ou imposées aux circonstances: de la prévention (vaccins, hygiène…) aux règlementations contraignantes (gestes barrières, limitation des concentrations de population) en passant par la prise en charge médicale des personnes touchées.

Réjouissons-nous de cette amélioration sensible, pour elle-même naturellement, mais davantage encore pour l’environnement économique dans lequel elle se déploie. Le point de conjoncture de la Banque de France (début septembre) est à cet égard éloquent: « Nous estimons que la perte de PIB par rapport au niveau d’avant‑crise s’établirait à -0,5% en septembre. Mais la hausse du PIB au troisième trimestre approcherait les + 2,5%. »

Parmi les signes que l’activité repart avec vigueur, celui-ci: « la part des entreprises indiquant des difficultés de recrutement s’accroît de nouveau : au total, désormais la moitié des chefs d’entreprise interrogés déclare des difficultés ». Si cet aspect-là (les offres d’emploi non satisfaites) doit sérieusement nous interroger sur le fond, il est toutefois un indicateur précieux.

Il rend manifeste que les aides déployées par le Gouvernement pour préserver la vitalité des entreprises durant les confinements, notamment en préservant leur trésorerie, leur donne la capacité aujourd’hui de redémarrer dans de bonnes conditions. Ce dont, le pays dans son ensemble doit se féliciter.
Mon équipe et moi même restons à votre écoute à la permanence. 
 
Recevez, Madame, Monsieur, mes cordiales salutations.