jeudi, 14 mars 2019 14:18

Accident du Grande America : le point sur la situation et les opérations engagées

Accident du Grande America : le point sur la situation et les opérations engagées Crédit photo : Marine Nationale

Dimanche 10 mars, aux alentours de 20 heures, le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) d’Etel a été informé d’un incendie à bord du navire italien Grande America à environ 142 nautiques (environ 263 kilomètres) dans le sud-ouest de la pointe de Penmarc’h (sud Finistère).

Dès l’accident connu, en lien étroit avec le Ministère de la transition écologique et solidaire, les moyens de secours aéro-maritimes ont été immédiatement engagés sous la coordination du préfet maritime de l’Atlantique. Un avion de surveillance maritime Falcon 50 a notamment été envoyé sur zone et le préfet a ordonné au remorqueur d’intervention et de sauvetage Abeille Bourbon de rallier le navire.

L’ensemble des personnes à bord a été secouru grâce à la mobilisation du CROSS et à l’intervention rapide d’une frégate britannique HMS Argyll, présente à proximité de la zone. Ces personnes ont été évacuées vers Brest et sont indemnes.

  • Lundi 11 mars : le Préfet maritime a fait appareiller le remorqueur de haute mer Abeille Bourbon (prépositionné aux abords de l’île d’Ouessant) qui est arrivé sur zone dès le matin. Il a tenté d’éteindre l’incendie ce qui n’a pas été possible. Aucune équipe n’a pu monter à bord du Grande America compte tenu des mauvaises conditions de mer, des émanations de fumées toxiques et des risques d’explosion du navire. Aucune remorque n’a pu être passée non plus pour les mêmes raisons.
  • Mardi 12 mars, aux alentours de 15h, le navire italien Grande America a coulé par 4600 mètres de fond, à environ 180 nautiques (333 km) à l’ouest des côtes françaises.
  • Mercredi 13 mars au soir, une nappe d’hydrocarbure d’une dizaine de km de long, incomparable avec les volumes répandus par l’Erika en 1998, a été observée à plus de 200km des côtes françaises.

Les services de l’Etat sont depuis le début des interventions à pied d’œuvre pour lutter contre les pollutions en mer et ont sollicité le concours des moyens de lutte anti-pollution de l’Agence européenne pour la Sécurité Maritime et déployé un plan d’intervention en mer impliquant la mobilisation de 4 navires dédiés aux opérations de lutte anti-pollution, d’un navire affrété par l'armateur, et assorti d’un suivi particulièrement étroit de la situation par satellite et survols quotidiens de la zone de la nappe.

Le Gouvernement par ailleurs d’ores-et-déjà à la préparation d’un plan d’intervention dédié à la dépollution sur terre qui pourrait ainsi être lancé dès l’arrivée à proximité des côtes des premières galettes d’hydrocarbures.

Depuis lundi matin, François de Rugy, Ministre de la transition écologique et solidaire, est resté en contact permanent avec le préfet maritime pour coordonner les opérations. Il a eu l’occasion de faire le point sur la situation à plusieurs reprises par voie de presse et lors des questions au gouvernement de l’Assemblée nationale. Il se rendra cet après-midi à Brest pour être aux côtés du préfet maritime et des services de l’Etat.
Lu 24 fois Dernière modification le jeudi, 14 mars 2019 14:53