dimanche, 14 octobre 2018 12:47

Cérémonie à la mémoire des internés de l’ancienne prison militaire Saint-Maurice de Rochefort

Comme chaque année à la même période, nous commémorons la mémoire des internés de l’ancienne prison militaire Saint-Maurice de Rochefort. N’oublions jamais que 20 personnes y furent fusillées et que 46 autres moururent en déportation. Une commémoration comme celle d’aujourd’hui nous rappelle donc que le devoir de mémoire est essentiel.
Essentiel, pour honorer nos morts tombés au Champ d'Honneur.
Essentiel, pour montrer aussi notre reconnaissance et notre respect à ceux qui en sont revenus. Honorer ces hommes et ces femmes qui ont défendu le sol, la terre, la liberté.
Essentiel, pour construire l’avenir, sans oublier les drames, les sacrifices, la folie des hommes.
Essentiel enfin, à la construction citoyenne des nouvelles générations.
 
 
 
 
 
 
C’est pourquoi lorsque l’association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation m’a interpellé sur ses inquiétudes quant au devenir du Fort de Romainville, haut lieu de la répression contre les femmes résistantes durant la seconde guerre mondiale, j’ai aussitôt saisi les ministères concernés. Aussi, je me félicite aujourd’hui de la réponse apportée par Geneviève Darrieusecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, nous informant que dans le cadre du projet du « Grand Paris » les parties mémorielles du site du fort de Romainville seront préservées et valorisées entre autre par la création d’un musée consacré aux femmes dans la Résistance.
 
>>> lire la lettre du ministère en pièce jointe
Lu 132 fois Dernière modification le mardi, 16 octobre 2018 13:06